En poursuivant votre navigation sur https://relaisducoeur.mecenat-cardiaque.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

30ème marathon avec le coeur

par Jean-Marc TROCHON

3 250 €

collectés sur 800 €

406%

projet
terminé

29

contributeurs

Partager cette page de collecte

Le projet
Les contributeurs
Les actus
Commentaires

Pourquoi ce projet vous tient-il à coeur ? Transmettez-nous votre engagement !
Il y a toujours plein de bonnes raisons de faire des choses positives, mais trop souvent peu d'actes derrière. Il est bon parfois de s'engager pour une cause. Pour se remotiver et se sentir utile.

Quel est votre objectif ?
Réunir la somme la plus importante possible avant tout et puis essayer de faire un bon temps au marathon en plus pour ne pas décevoir les donateurs !

Quelque chose à ajouter ? Une anecdote à partager ?
30ème marathon. Champagne à l'arrivée ?

Voir tout

15/04/2019

hagar easah

10 €

12/04/2019

John McGlade

25 €

12/04/2019

Michael DaCosta

25 €

11/04/2019

CHRISTIANE GOYARD

50 €

07/04/2019

JACQUELINE TROCHON

50 €

05/04/2019

SANDRINE COLLEU

30 €

Allez, Jean-Mi, rapporte-nous une médaille pour cette belle cause et que la force soit avec toi !!

03/04/2019

PASCAL SUREAU

20 €

29/03/2019

Christine Malissard

30 €

25/03/2019

Céline Fournier

30 €

22/03/2019

Gwenaëlle JALOUX

30 €

Voir tout
  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    16/04/2019

    C'est fait

    Ca y est, c'est fini.

    Parfois des courses se passent mal, on est décu et on s pose plein de questions : Qu'est ce qui n'a pas marché ? pourquoi ? Pourquoi moi ? Qu'est ce que j'ai mal fait ? Parfois les courses se passent moyenement : On atteint plus ou moins son objectif, sans faire d'étincelles en restant sur sa fin et en se disant dans un coin de sa tête : "j'aurai du pousser un peu plus".

    Et puis dès fois (c'est plus rare), ça se passe bien. Les étoiles s'alignent et on fait ce que l'on voulait faire. Ces jours là on apprécie beaucoup ! Et bien dimanche était un de ces bons jours.

    Après un départ compliqué avec 30 minutes de retard et dans un froid glacial, tout c'est mis en place en faisant les choses au feeling plutôt qu'en regardant la montre. Les 16km premiers km passent assez rapidement. Je double beaucoup de monde (c'est même parfois un peu du slalom). Puis au bois de Vincennes je vois ma famille, un ami qui m'encourage et cours un peu à mes cotés, un autre qui me suit à vélo quelques km. Vers le 19ème km on commence à ressentir la faigue. La moitié du parcours passe en 1h39. Je suis dans les temps pour moins de 3h20, mais je sais que la 2ème partie est plus dure : on commence à fatiguer et puis les tunnels à passer sur les quais de Seine et une cote au 35ème km sont des vrais casse pattes. Mais continue malgré tout à mon rythme sans trop me soucier du chrono. Et les km défilent assez sereinement. Les cotes en sortie de tunnels se passent bien. 29ème. Toute l'assoc est là pour me soutenir mais je ne m'arrête pas pour ne pas perdre le rythme. Je ne me sens pas trop mal mais il reste 13km quand même. D'ahbitude les crampes arrivent entre le 30ème et 35ème. C'est terrible et après cela on est ou obligé de s'arrêter, ou obligé de ralentir. Mais ce dimanche : Rien ! J'arrive au 35ème. La dernière grande cote est passée en ralentissant un peu mais sans perdre le rythme. Alors, je commence à regarder le chrono. Et là surprise en faisant les calculs dans ma tête fatiguée, je réalise que je suis toujours dans les temps por faire moins de 3h20 ! La marge est minime mais en s'accrochant et sans problème, ça peut passer. Alors je pousse. Je garde le rythme. La volonté pousse le corps qui suit bien. Ce n'estpas simple mais en serrant les dents, je garde le rythme. J'attends chaque km et je recalcule le temps au km. Il faut continuer à moins de 5mn par km et je suis en 4,45mn. Ca tient. Je recommence à slalomer et même à bousculer des gens qui bouchent le passage. Tant pis mais ralentir et relancer serait tellement plus dur. Je passe des gens qui marchent, d'autres qui finissent tranquille. Mais personne ne me double. Enfin dernier km. Ca va le faire, pourtant je doute encore un peu. 42km, arrivée sur la ligne droite avenue Foch. Là je sais enfin que c'est bon, mais bon on ne lache pas quand même jusqu'à la ligne. Ca y est 3h18 ! Qualifié pour les championnats de France.

    Et puis on décompresse, on reçoit le Tshirt, la médaille, un ravito entouré de zombies. Et moi ? Ca va. Mêmepas besoin de m'asseoir, ce qui est rare, car à l'arrivée les muscles ser relachent d'un coup et ça peut être assez douloureux. Retour à la maison pour un bon bain.

    Que dire d'autre ? Impecable. Comme quoi le marathon est une science complexe !

    En tout cas une belle journée. Maintenant je vais passer le reste de la journée à échanger messages et à manger et boire des choses dont je me suis privé !!

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    10/04/2019

    Et puis on mange quoi ?

    Allez un dernier petit tour de 30mn ce mardi, pour la forme. Souvent on fait cela pour se rassurer plus qu'autre chose. Mais techniquement ça ne sert pas à grand chose.

    Il est plus important de faire attention à son alimentation dans les derniers jours. La base, les féculents : pates, riz ou autre. Cela permet de charger à bloc ses réserves en sucres lents pour la course. Eviter les légumes, les boissons gazeuzes, les viandes rouges pour ne pas créer de problèmes gastriques ou risquer les crampes le jour de la course. Privilégier la viande blanche.

    Je déconseillerai également le plateau de fruits de mer ou la choucroute la veille de la course !

    Par contre, il faut boire beaucoup, toute la journée. Et puis évidemment pas d'alcool ! Le champagne, ou la bière (plus adaptée pour la récup) attendrons dimanche après midi !

    Pour ma part, je commence ce régime 3 ou 4 jours avant la course. Je fini par un bon plat de pate la veille au soir.

    Puis le matin de la course, petit déjeuner normal. Boire mais pas trop le matin de la course, sinon ça risque de fair perdre du temps en arrêts pipi ! N'essayez pas de nourriture ou de compléments alimentaires nouveaux pour la course. Pas de risqu à prendre pour un gain aléatoire.

    Pour le reste, c'est repos.

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    07/04/2019

    Fin de la préparation

    En ce dimanche soir, à une semaine du marathon, ça y est la prépa est finie. Ouf ! Samedi une dernière sortie un peu longue, mais pas trop, 16KM, pour bien mettre le rythme dans la tête, et les jambes. Et puis ce soir 25mn tranquilles.

    Voila, malgré tous les obstacles, c'est bouclé. Maintenant, il faut RE-CU-PE-RER ! Se reposer, se refaire une santé, soigner les bobos et assimiler tout le travail effectué.

    La prépa, au début c'est dur, au milieu c'est intense, à la fin c'est épuisant. Alors on mérite bien une semaine de repos avant l'échéance. Pas la peine d'essayer d'en faire trop cette semaine. Il est déjà trop tard. Pour ma part ce sera très light. Peut être 25mn ce mardi et c'est tout. Repos pour arriver frais à l'heure H, le jour J.

    Pas de nouvelle blessure, pas de chute, juste les bobos que je traine de puis un moment. Je finis donc en un seul morceau. C'est bien. Mais la grosse question que je me pose désormais, c'est comment va évoluer mon problème d'asthme qui m'a beaucoup dérangé depuis 10 jours. Si ça ne me dérange pas dans la vie de tout les jours, cela peut vraiment devenir ingérable en courant à 12 ou 13km/h. Réponse, dimanche prochain.

     

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    05/04/2019

    Ca se termine..

    Bon et bien la préparation se termine. Il est temps. Comme toujours, plus on se rapproche de la date fatidique et plus on stress. Pas forcément pour la course. L'angoisse c'est de se blesser ou d'avoir un problème. Ca m'est déjà arrivé et c'est très déagréable. Toute cette préparation réduite à néant pour une tendinite ou une entorse. Quel gachis ! En novembre dernier c'était une côte cassée suite à une chute pendant mon avant dernier entrainement à 10 jours de la course. Au delà de la douleur, quelle énorme frustration parce que là, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même. Résultat, 2 mois sans sport. Alors aujourd'hui j'ai une revenche à prendre. Courir pour l'association m'a aidé à me remotiver, me redonner l'envie alors que j'étais prêt à laisser tomber pour un moment. Alors malgré une préparation tronquée, des douleurs et bobos un peu partout, je suis reparti à fond.

    Hier, avant dernière séance : 8km à allure marathon. Simple normalement ? Oui, mais hier un peu dur. Point positif, l'asthme va mieux (ouf). Par contre le corps fatigue. Il va falloir rester tranquille pendant la dernière semaine.

    Encore une petite sortie ce week end et la prépa marathon Paris 2019 sera terminée...

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    03/04/2019

    Dur, dur

    A 2 semaines de la course, on commence à réduire un peu l'instensité des entrainements. Hier seulement 2 X 3km à allure semi de prévu. C'était sans compter sur les pollens. En plus de mes maux habituels, j'ai fait face à une crise d'asthme. Plus de souffle, rien, vide, et ce malgré mon traitement. Dur à vivre à 10 jours de la course. J'ai donc fait la séance à l'arrache, comme j'ai pu. Rien à ajouter. J'espère que ça va s'arranger parce que 42km dans ces conditions parait très improbable.

    En attendant on va essayer de perdre un peu de poids cette semaine pour être au poid de forme. Le poid de forme ? Le meilleurs compromis entre suffisament de muscles et pas trop de poids ! Le constat est simple un marathon c'est 42000 pas (et même plus, mais bon on simplifie un peu. Cela signifie que l'on va soulever son poids 42000 fois pendant la course. Donc 1kg en moins, c'est 42000kg en moins à porter !!!! Ca fait réfléchir. 42 tonnes en moins à porter, quelle énergie économisée ! Ca vaut le coup de faire un petit effort non ? Alors je vais me limiter un peu jusqu'à dimanche.

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    01/04/2019

    Une longue, longue sortie

    Ca y est ça c'est fait. En dehors des longues sorties de 20 à 25km, il peut être bon de faire une sortie de 30km. Là on commence à ressentir un peu la fatigue d'un marathon. Cela peut permettre une vraie répétition : mettre les vetements prévus pour la course, essayer des gels si on a prévu d'en prendre, voir ce que l'on peut prendre au petit déjeuner. Il faut mettre toutes les chances dans son camp.

    L'idée est d'essayer de ne pas se contenter d'une sortie longue un peu trop pépère. Il faut essayer de faire au moins quelques km à allure marathon pour se tester réellement. Et dernière chose, il ne faut pas faire cette sortie trop longtemps avant le marathon ni trop proche. 15 jours avant, c'est un minimum pour puvoir récupérer.

    Pour moi c'était 31km en ce samedi ensoleillé en 2h32. La fin était un peu dure, mais l'aspect positif c'est que je sais maintenant que sans pépin majeur, je pourrais finir le marathon le 14 avril. Maintenant, il s'agit d'essayer de garder le rythme fixé. Il reste une semaine d'entrainement pour paufiner la préparation. Après, ce sera repos...

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    29/03/2019

    Quel objectif ???

    Ca y est je suis inscrit. Le problème des courses c'est de savoir ce que l'on vise. Pour un marathon au départ on va dire : finir ! En fait pas seulement. Il faut toujours avoir un objectif en temps pour se fixer un rythme et ne pas faire n'importe quoi selon son humeur.

    Et puis on a plusieurs objectifs. Exemple, moi pour Paris :

    - Objectif de base : vu mon état, finir la course

    - Objectif encas de grosse galère : moins de 4 heures

    - Objectif réaliste : 3h30

    -Objectif secret : Moins de 3h20 et la qualif pour les championnats de France

    - Objectif super pas réaliste : moins de 3h !

    J'ai choisi d'être assez raisonable et de me mettre dans le sas 3h30, après on gèrera.

    Il ne faut pas être trop modeste (ou on reste bloqué derrière des gens trop lent) ni trop ambitieux (déprimant d'être doublé par tout le monde), juste réaliste.

    En attendant, hier soir 10km à allure marathon version objectif rapide ! Bon ben, il reste du travail !

     

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    28/03/2019

    Un tour à la plage

    Vacances pour se changer un peu les idées. Mais on oublie quand même pas les baskets !

    Du coup, super sortie sur la plage du Touquet. 22km tous simples : C'est tout droit ! 11km dans un sens et puis 11km dans l'autre. Très peu de monde, un coucher de soleil extraordinaire entre 2 nuages. Un super moment. Bon le retour un peu plus dur avec un peu de vent contre et la nuit tombante, mais un très bon souvenir.

    Pour en faire une sortie un peu plus spéciale encore, je termine par un petit bain de jambes dans la mer. De la cryothérapie naturelle ! L'eau est bien froide, mais ça régénere. Bon après un peu dur de remettre les baskets sans y ajouter un peu de sable, mais ça en vaut la peine.

    C'est toujours agréable de courir ailleurs. Découvrir de nouveaux lieux, se sortir du train train. Même pour le marathon. Paris je connais le parcours par coeur, même si il y a de petits changements cette année. Du coup pas de surprise mais le début parait un peu long. On sait ou ça va commencer à tirer et on court à son rythme en attendant "le" moment ou ça n'ira plus, en espérant que ce sera le plus tard possible.

    Mais bon, l'avantage de Paris, c'est que je n'ai pas a réserver un week end, pas dhotel, pas de transport. Je pars le matin et à 14h je suis chez moi. Imbatable comme timing, mais moins exotique que les marathons que j'ai pu faire à Amsterdam, Barcelone, Royan ou Columbus aux Etats-Unis.

    Mais bon, restons concentré : L'objestif c'est le 14 avril et c'est Paris !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    22/03/2019

    A boire et à manger

    Encore une rude séance, bien longue avec 30mn d'échauffement puis 20mn à allure semi marathon, puis 30mn à allure marathon et enfin 10mn de récup.

    Après mardi, c'est dur. On voit tout de suite comment on récupère. Tous les muscles tirent dès le départ. Il faut vraiment aimer se faire mal.

    Alors avant ce genre d'exercice il faut essayer de bien boire avant pour ne pas se déshydrater en route. SI on a soif pendant une course c'est que c'est déjà trop tard ! Et puis manger des sucres lents, pates, riz ou autre avant la séance. Eviter la viande rouge et préferer la volaille. On peut aussi faire des séances plus dures en partant a jeun par exemple. C'est ce que je fais pour des sorties longues le dimanche matin parfois. C'est plus dur, et on pousse un peu la machine. Du coup, le jour de la course quand on a bien mangé et bu on se sent mieux.

    En tout cas, moi je ne me prive pas ni de manger ce que j'aime, ni de boire un peu d'alcool. Pas de kinoa à tous les repas ou de jus d'extrait de pruneau au cocombre comme boisson. Je fais vraiment attention juste à 1 semaine de la course. Mais, ça, on y reviendra...

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    20/03/2019

    Encore une bonne semaine

    Une grande sortie dans la semaine après le boulot, et pas le week end, c'est encore plus dur.

    Hier nous étions 4 à faire 40mn ensemble. C'est bien on peut discuter. Par contre, après : 2 x 5km à allure marathon, on rigole moins et on ne discute plus. Il faut prendre l'allure...et la garder. On se retrouve souvent seul pour aller à son rythme, et là pas de musique. Ce sont les pas sur le bitume qui donnent le rythme. On s'accroche pour le premier. Et puis on récupère 2 à 3 minutes, et c'est reparti pour le 2ème. Ce genre d'entrainement peut faire gamberger pas mal : on se pose LA question : Mais comment est ce que je vais tenir ce rythme sur 42,195KM !!

    Là il faut relativiser. On est fatigué de la journée, on a pas l'entrain du jour de course, l'entrainement n'est pas fini, on n'a pas mangé très équilibré alors qu'on le fera avant la course. Tous ces facteurs entrent en compte pour remettre les choses en place.

    Pour ma part, je fini mal avec une crise de migraine qui me prend juste avant de rentrer.Trop d'efforts ? Trop fatigué ? Je ne sais pas. Mais ça plombe un peu la soirée. Tant pis. Ca ira mieux demain...

Voir tout
Voir tout